Infos & opinions

  • Virginie Sanchez

Aurélien BANDINI – Japan National Tourism Organization (JNTO)

Dernière mise à jour : 6 juil. 2021

Le Japon fait actuellement l’actualité grâce aux JO. Qu’en attendez-vous en termes de retombées pour le MICE ?

« Les Jeux olympiques et paralympiques mettront le Japon sur le devant de la scène internationale, et lui offriront une visibilité sans égale auprès des acteurs du MICE. Organisés dans ce contexte exceptionnel de pandémie, les JO seront l’occasion pour le Japon de montrer sa capacité à tenir des événements en garantissant la santé et la sûreté de tous. Nous espérons que tout cela inspirera les organisateurs MICE et les incitera à profiter de tous les fruits des investissements réalisés en préparation des JO : nouveaux complexes sportifs, venues, hôtels… »


Il se dit que la reprise se fera essentiellement avec les destinations européennes, en 2021 et 2022. Quels sont les arguments qui peuvent être mis en avant pour relancer le tourisme au Japon plus rapidement ?

« Il y a tout d’abord l’argument de la sûreté. Bien que le Japon soit également touché par l’épidémie de Covid-19, il faut remarquer que celle-ci est de bien moindre échelle qu’en France (15 fois moins de décès rapportés à la population), et que la culture des gestes barrières est déjà ancrée chez les Japonais depuis bien longtemps. Parallèlement, la campagne de vaccination continue de s’accélérer, et nous prévoyons que l’ensemble de la population souhaitant se faire vacciner le sera d’ici novembre. Cela permettra une reprise des voyages domestiques, puis progressivement des voyages et du MICE entrants.

Mais surtout, le Japon offrira toujours aux Français un changement de décor inégalable par rapport aux destinations européennes, avec sa culture traditionnelle plurimillénaire, sa culture pop mondialement connue, et son côté futuriste. Côté MICE, une autre source d’incitation est l’ensemble des nouveaux plans de soutien des convention bureaux locaux (subventions, aides en nature). Toutes ces raisons font que nous recevons déjà des requêtes pour des événements à partir du printemps 2022 ! »


Le Japon est multiple, mais le MICE de France se concentre essentiellement sur Tokyo et Kyoto. Comment l’expliquez-vous ?

« En effet, le Japon offre une immense diversité de destinations qui ne demandent qu’à être explorées ! Nous venons justement de publier un nouveau guide « Japan : Inspiration for Incentive Travel » dans lequel les lecteurs trouveront de superbes lieux à travers le pays. Et nous avons déjà vu des groupes MICE quitter les sentiers battus : par exemple, un incentive en provenant de France qui en plus de Tokyo et Kyoto, est allé à Takayama (Alpes japonaises) et l’île tropicale d’Ishigaki (Okinawa). Quant aux conférences, il est à noter que dans le dernier top 100 Asie-Pacifique de l’ICCA, nous comptons pas moins de 19 villes japonaises, où les événements se sont tenus avec un grand succès.

Mais il est vrai que nombre d’organisateurs MICE (notamment meetings et incentives) priorisent encore Tokyo et Kyoto, pour la simple raison que ces villes sont les plus connues et qu’elles sont joignables par les vols directs actuellement assurés entre la France et le Japon. Mais pourquoi ne pas pimenter cet itinéraire avec de nouveaux lieux ? Des moyens de transport comme le Shinkansen (TGV japonais) permettent des transferts rapides et efficaces, et quant à l’aérien, Japan Airlines, All Nippon Airways et leurs compagnies partenaires offrent des vols avec des connexions rapides rendant tout le Japon accessible aux Français ».



Aurélien Bandini (Mr.) | MICE Specialist

Japan Convention Bureau

Japan National Tourism Organization (JNTO)


70 vues0 commentaire